🌍 La place des réparations des appareils mobiles dans la sobriété numérique des entreprises

Les questions de sobriété numérique et de réduction des déchets électroniques sont de nos jours au cœur des discussions, et ce même au sein des entreprises.

Côté mobiles, les appareils mobiles (téléphones et smartphones, tablettes, PC) permettent de répondre à des problématiques toujours croissantes de mobilité, télétravail, et flexibilité, et sont devenus indispensables dans nos vies personnelles comme professionnelles.

Le numérique occupe ainsi une place importante de l’empreinte carbone de nos entreprises. En outre, la fabrication de nos appareils numériques représente :

Les enjeux pour allonger la durée de vie des appareils mobiles, notamment par les réparations, sont donc au plus haut.

💸 Le mythe persistant sur les réparations de terminaux mobiles

Malheureusement, un grand mythe autour de la réparation persiste : « les réparations, ça coûte cher ».

On entend souvent que les réparations coûtent cher, avec un exemple du type : « si j’achète un téléphone à 150€, ça me coute 120€ de réparer l’écran ».

Le problème en réalité, ce n’est pas le prix de la réparation en soi. Le problème vient surtout d’un manque de vision globale et d’un biais quant à la dépense immédiate, que ce soit pour les réparations de l’appareil ou pour son achat initial.

Car si on regarde le TCO (« total cost of ownership », le coût total de propriété) sur le moyen-long terme et non les dépenses immédiates sur le court terme et qu’on pense de façon globale, on se rend compte que oui, les réparations valent le coup (ou le coût !).

Et puis, il est aussi davantage pertinent d’aborder le sujet d’un point de vue utilisateur et non pas d’un point de vue appareil.

🧮 Faisons le calcul !

Prenons 2 utilisateurs, A et B, donnons-leur un appareil qui coûte initialement 150€ et 300€ respectivement, et regardons l’évolution du coût de chacun d’entre eux sur 24 et 36 mois :

Conclusion

On remarque ainsi qu’équiper un utilisateur d’un téléphone de meilleure qualité pour le double du prix n’implique pas un TCO doublé : on ne passe pas de 13€/mois de TCO à 26€/mois, loin de là !

Petite analogie : c’est comme acheter une paire de chaussures inconfortables (qui donne des ampoules etc.) à 10€ tous les ans pendant 5 ans, ou investir dans une bonne paire confortable qui coûte 60€ mais dure 5 ans et pourra même éventuellement être revendue 10€ (et ne donnera aucune ampoule pendant ces 5 ans)

Sur 36 mois, la différence de coût global par utilisateur (TCO) n’est, dans notre exemple, que de 6€ pour offrir à l’utilisateur B un appareil significativement meilleur que celui de l’utilisateur A.

On remarque aussi que l’utilisateur A passe par 2 étapes d’achat neuf sur seulement 24 mois, alors que l’utilisateur B n’en connait qu’une seule sur ce délai.

Les implications environnementales ne doivent pas être négligées : la fabrication et le transport des nouveaux appareils ont un fort impact environnemental négatif et sont très polluantes (en termes d’émissions de CO2 notamment). Les allers-retours des appareils envoyés en réparation et revendus sont aussi de forts émetteurs de CO2 (transport).

En outre, un téléphone de meilleure qualité dure plus longtemps car il est possible de le revaloriser ou de le remettre en circulation dans le parc de façon plus efficace qu’un téléphone à prix réduit.

Enfin, l’utilisateur B connait beaucoup moins d’étapes en 36 mois, pour son bien et celui du gestionnaire de flotte en charge.

La satisfaction utilisateur est plus élevée avec un appareil de meilleure qualité que l’on garde plus longtemps qu’avec plusieurs changements et réparations en l’espace de peu de temps

Le gestionnaire de la flotte de mobiles est lui aussi plus serein dans ce cas, à cause du nombre d’étapes et actions réduit par rapport à l’utilisateur A avec un téléphone de moins bonne qualité

👉 Pour résumer : investir dans des appareils de meilleure qualité permet d’assurer une meilleure satisfaction utilisateur tout en optimisant la continuité de service, et sans coûter un bras !

Il est donc plus intéressant d’investir dans des téléphones plus durables et de les faire réparer que de fournir à ses collaborateurs des appareils mobiles de moindre qualité ! 🚀

De nouveaux défis arrivent pour les DSI en 2022 ! Car les DSI continueront d'assumer la responsabilité de nouveaux domaines d'activité cette année encore ☝

Mobilité et travail hybride sont des aspects cruciaux pour cette année, mais ils ne sont que quelques-uns des enjeux qui devront être pris en compte.

Voici les 4 défis identifiés par Betoobe ?

  1. Mettre la sécurité au cœur des activités mobiles
  2. Répondre aux nouveaux enjeux et attentes au travail
  3. Faire de la flotte de mobiles un vrai levier d’engagement environnemental et social
  4. Replacer les actions humaines au cœur de la valeur

Regardons chacun de ces défis de plus près 👇

Défi n° 1 : mettre la cybersécurité au cœur des activités mobiles 🔐

Les cyberattaques se multiplient et deviennent un véritable fléau pour les entreprises. Les terminaux mobiles font partie des principales causes de fuites de données informatiques d’entreprise.

Cette année, les DSI sont donc mis au défi de sécuriser de façon efficace leurs flottes de mobiles, au même titre que leurs flottes de PC.

Pourquoi ce parallèle ?

Car, généralement, les entreprises déploient des PC et pensent immédiatement à leur sécurité et à la sécurité des données. Pourtant, quand elles déploient des appareils mobiles, elles se disent qu'elles n'ont pas besoin de cela.

Alors que nos smartphones et nos tablettes sont en soi des ordinateurs miniatures, et largement tout autant utilisés.

Quelques chiffres :

Alors ?

Il est donc urgent pour les DSI et RSSI de bien comprendre les enjeux actuels de la sécurité mobile et les solutions qui s’offrent à eux - qui ne se résument d’ailleurs pas au simple MDM.

MDM, MTD, BYOD, etc. sont tout autant de sujets à creuser, et en 2022, la sécurité mobile doit être placée au centre de la gestion des flottes de mobiles.

Défi n°2 : répondre aux nouveaux enjeux et modes de travail 🚀

Mobilité, télétravail, travail hybride, et turn-over élevé sont des problématiques qui n’épargnent aujourd’hui aucune entreprise.

Chacune d’entre elles apporte son lot de questionnements quant à la cybersécurité mobile, la continuité de service, mais aussi quant à la gestion des flottes de mobiles au sens plus global.

Des questionnements récurrents font donc surface et prennent une position centrale pour la gestion des flottes de mobiles et l’activité des DSI :

Les DSI doivent désormais penser la gestion des flottes de mobiles sous l’angle d’une mobilité accrue et en perpétuelle évolution.

Les DSI ont la responsabilité de mettre en place des outils et des méthodes de gestion de flottes de mobiles solides, qui leur permettront en outre de garantir une continuité de services à toute épreuve - que ce soit pour les collaborateurs ou pour les clients finaux de leur entreprise.

Défi n°3 : faire de la flotte de mobiles un vrai levier d’engagement environnemental et social 🌍

Les collaborateurs sont de plus en plus engagés et attendent, par extension, davantage d’engagement de la part de leur entreprise. Les DSI devront notamment répondre à des attentes plus élevées en matière de gestion des appareils électroniques.

Matériel reconditionné, réparations, et recyclage des appareils mobiles sont autant de sujets que les  DSI devront placer au cœur de la gestion des flottes de mobiles pour satisfaire les exigences nouvelles des collaborateurs.

En 2022, les DSI doivent donc placer les flottes de mobiles au cœur de la démarche RSE de leur entreprise et faire preuve d’innovation constante en matière de développement durable et d’économie circulaire.

Défi n°4 : replacer les actions humaines au cœur de la valeur 🙋‍♂️

Un autre défi pour les DSI en 2022 est de remettre l’humain au centre - de la valeur de l’entreprise et de la gestion de la flotte de mobiles.

Aujourd’hui, 44% des DSI ont investi déjà dans l'automatisation et l’automatisation reste un sujet phare. Mais il est surtout essentiel de se souvenir que ce désir d’automatisation de la gestion des flottes de mobiles vient initialement d’un plus profond besoin de replacer l’humain au centre de la valeur.

Les DSI doivent faire en sorte que les actions réalisées par les collaborateurs (notamment les gestionnaires de flottes de mobiles) aient une réelle valeur. Ils ont la responsabilité de leur permettre de réaliser des actions et des tâches à plus forte valeur et qui ont réellement du sens. Pour l’entreprise comme pour le collaborateur.

Pour conclure

L’année 2022 s’inscrit dans la prolongation directe des changements de 2020 et 2021. Pour les DSI, elle sera placée elle aussi sous le signe du changement, mais impliquera, en plus, une nouvelle organisation, de nouvelles procédures et des outils adaptés aux nouveaux enjeux et exigences du monde du travail.

Mobilité et travail hybride ne sont que quelques-uns des enjeux qui devront être pris en compte. Des enjeux majeurs en matière de RSE et de sécurité doivent désormais également être placés au centre de la gestion des flottes de mobiles.

Seuls les DSI qui sauront s’équiper des bons outils et s’entourer des bons partenaires pourront faire face à toutes les nouvelles exigences et tous les défis auxquels ils doivent faire face en 2022.

Betoobe accompagne les DSI et simplifie la gestion de flotte de mobiles ?

Betoobe simplifie la gestion de flotte de mobiles à travers note plateforme MobileHub et un ensemble de services complémentaires. Nous accompagnons tant le secteur privé que le secteur public, des PME aux grands comptes, en passant par les collectivités territoriales et les associations.

La transformation des comportements et usages numériques place le smartphone au cœur de la vie des utilisateurs. Betoobe propose par l’innovation, une approche nouvelle de la gestion des flottes de mobiles dans laquelle le smartphone devient un service.

Chez Betoobe, on vous parle régulièrement de la sécurité informatique des flottes de mobiles. On vous en parle sur notre blog, on vous en parle sur nos différents réseaux sociaux, entre autres.

La sécurité des mobiles est au cœur des discussions et des préoccupations, encore plus avec la forte augmentation de la mobilité et du télétravail.

On ne le répètera jamais assez : mettez la sécurité des mobiles au cœur de votre gestion de flotte ! Mais on sait que la sécurité des mobiles est un vaste sujet qui parait souvent compliqué et flou.

Alors on a décidé de décortiquer quelques mots de base du jargon pour vous aider à y voir plus clair. C’est parti ! 👇

1. Sécurité mobile : késako ?

Les cyberattaques sont de plus en plus fréquentes. Le télétravail et la mobilité permanente des collaborateurs sont devenus incontournables et exposent les entreprises à de nouveaux défis en termes de sécurité mobile. 

Pour vous protéger, une stratégie de sécurité numérique forte doit être au centre des préoccupations de votre entreprise. Et parmi ses piliers, la cybersécurité de votre flotte de mobiles ne doit surtout pas être négligée.

La sécurité informatique (ou cybersécurité) des appareils mobiles consiste, de façon générale, à :

2. MDM

Une solution Mobile Device Management (MDM), est un outil de gestion de la mobilité qui permet la gestion technique de l’ensemble des appareils mobiles (smartphones, tablettes) à partir d’une seule et même plateforme.

Le MDM implique une série d'opérations, notamment l’enrôlement, la configuration et le pilotage des appareils.

Une solution MDM peut être utilisée par exemple pour appliquer des profils de configuration et de restriction, déployer des applications, suivre et piloter les appareils, et verrouiller les appareils à distance en cas de perte, vol, etc.

Le MDM est l’outil privilégié pour : 

3.    EMM

Une solution Enterprise Mobility Management (EMM), est une suite de gestion de la mobilité qui gère les applications et le contenu tout en appliquant des mesures de sécurité strictes.

L’EMM permet de piloter des applications et des contenus sur un appareil mais aussi de piloter des appareils mobiles « entiers » de différents modèles et marques à travers différents OS, que ce soit en BYOD ou en COPE.

L’apparition des EMM vient notamment de la montée de la mobilité, du « anywhere anytime », du BYOD (Bring Your Own Device) et du COPE (Coporate Owned Personally Enabled) au sein des entreprises, car dans un cas comme dans l'autre, les données de l'entreprise et des collaborateurs sont exposées à un risque important.

L'EMM est la combinaison d'un MDM, d'un MAM et d'un MIM :

Il s’agit en fait d’une solution plus complète de gestion des terminaux mobiles d’entreprise, intégrant le MDM.

L'EMM est l'outil privilégié pour :

4. UEM

Une solution UEM (Unified Endpoint Management) est une solution de gestion de la mobilité qui permet de piloter l'ensemble du parc de terminaux à partir d'une seule console centralisée (smartphones, tablettes, ordinateurs portables, PC, objets connectés, VM, imprimantes,…)

L’UEM permet de déployer les ressources et applications de l’entreprise sur n’importe quel terminal et d’en gérer la sécurité de façon centralisée.

5. MTD

Une solution de Mobile Threat Defense (MTD) permet d’assurer une sécurité accrue et de piloter l'usage des données du smartphone fait par les applications.

Le MTD, c’est l’outil privilégié pour :

6. Zero Touch

Le Zero Touch est un processus qui permet la configuration et le déploiement automatiques des appareils mobiles dans le MDM (smartphones, tablettes,…).

Les paramètres, les configurations et les applications nécessaires sont automatiquement installés sur les appareils sans qu'aucune intervention informatique ne soit nécessaire. Les appareils mobiles sont ainsi prêts à fonctionner pour les employés dès qu'ils les déballent.  

Le déploiement Zero Touch permet notamment de simplifier et optimiser le processus de gestion des appareils grâce à :

Le Zero Touch est particulièrement intéressant dans ce contexte de mobilité et télétravail croissants où le nombre d’appareils mobiles augmente de jour en jour.

Le Zero Touch, disponible pour les terminaux IOS et Android permet également de profiter d’un verrouillage des terminaux avant leur installation. En effet, les terminaux Zero Touch ne peuvent être utilisés s’ils ne sont pas correctement configurés dans le MDM. Ils sont donc inutilisables lorsque volés ou perdus.

7. Enrôlement

L’enrôlement représente l’étape initiale de la gestion des appareils mobiles, c'est-à-dire le processus d'enregistrement des appareils dans la solution MDM.

L’enrôlement établit une connexion entre le MDM, l’EMM, l’UEM et le terminal au travers de différents mécanismes techniques :

Une fois enregistré, le terminal et le MDM échangent des informations techniques telles que l’IMEI et le numéro de série du terminal.

Pour conclure

Vous l’aurez compris, la sécurité des mobiles est un vaste sujet et ce petit lexique est bien sûr non exhaustif. Il pose néanmoins des bases qui sont importantes à avoir en tête.

Besoin d'aide ?

Betoobe vous accompagne et vous conseille sur les bonnes pratiques de sécurité pour votre flotte mobile. Notre équipe spécialisée est là pour vous aider dans le choix, la mise en œuvre et de la maintenance de votre solution de sécurité mobile.

Il existe de nombreuses solutions leader sur le marché actuellement : Workspace ONE, Mobile Iron, Maas 360, Intune, SOTI, Hexnode, Lookout, Pradeo Security...

N'hésitez pas à faire appel à nous pour choisir ensemble celle qui correspond le plus à vos besoins.

Donnez à vos collaborateurs les moyens de travailler en toute sécurité, où qu’ils soient !

Tout au long de leur cycle de vie, de l’extraction des matières première jusqu'à la fin de vie, nos appareils mobiles ont des impacts environnementaux, sociaux et sanitaires :

Et quand on connait quelques chiffres, on fait tout pour agir :

Ces chiffres nous montrent à quel point il est important d’agir et de rendre sa flotte de mobiles le plus responsable possible.

Et en l’occurrence, avoir une flotte de mobiles responsables, ça ne concerne pas uniquement les appareils en soi. Cela concerne également la gestion même de la flotte de mobiles.

Alors, concrètement, quels sont les 6 indispensables pour une flotte de mobiles responsable ?

Regardons cela en détail ?

1️⃣ Du matériel reconditionné

Depuis quelques années, le matériel reconditionné connait un vrai boom, que ce soit pour les particuliers ou pour les entreprises.

Plutôt une bonne nouvelle quand on sait qu’en France un téléphone est gardé en moyenne 2 ans avant d’être remplacé, souvent jeté.

Acheter un smartphone reconditionné permet notamment de doubler sa durée de vie. Et ça vaut aussi pour les appareils mobiles professionnels !

Mais les avantages des mobiles reconditionnés ne s’arrêtent pas là :

2️⃣ Une protection physique assurée

On l’oublie parfois, mais allonger la durée de vie des appareils mobiles passe aussi par une bonne protection physique pour les garder « en forme » plus longtemps.

Il s’agit de les protéger pour qu’ils résistent aux chutes, à l’eau et à une utilisation quotidienne intense.

Pensez donc à équiper les mobiles de votre flotte de verres trempés et de coques de protection. Et selon les métiers, pensez même à équiper à vos collaborateurs des téléphones renforcés et anti-chocs !

3️⃣ Une sécurité informatique garantie

Bien sécuriser ses appareils mobiles permet d’avoir une flotte de mobiles doublement responsable :

Il s’agit, entre autres, de réaliser régulièrement des mises à jour (système et applications), de protéger contre le phishing (attaque #1 aux entreprises), de garantir un chiffrement et/ou un effacement certifié des données, etc.

Et tout cela se fait grâce à des outils dédiés comme les MDM, MTD, EMM, MobileHub, etc.

4️⃣ Des réparations toute l’année

Faire réparer des appareils mobiles, que ce soient ses smartphones ou ses tablettes, permet d’allonger leur durée de vie et de moins en consommer.

Les réparations des terminaux mobiles au cours de leur utilisation sont désormais nécessaires pour assurer cette continuité tout en l’inscrivant au cœur de sa démarche RSE.

Les avantages des réparations sont nombreux, et tant d’ordre financier que de l’ordre de l’engagement des entreprises pour notre Planète :

5️⃣ Du recyclage en fin de vie

À la fin de leur cycle de vie, le recyclage et la valorisation des appareils mobiles permettent de générer rapidement de la trésorerie tout en augmentant son impact environnemental positif.

Produire moins de nouveaux appareils, proposer du matériel reconditionné, donner une seconde vie à des terminaux qui sont remis sur le marché, etc. : un engagement environnemental non négligeable à l’échelle d’une entreprise et d’une flotte de mobiles entière !

Le recyclage permet également de valoriser financièrement vos terminaux mobiles, et d’en faire un vrai levier de génération de trésorerie. Vous pouvez recycler vos mobiles inutilisés pour générer de la trésorerie ou encore recycler vos mobiles actuels pour financer des nouveaux terminaux.

Le saviez-vous ?

Depuis 2019, Betoobe a participé chaque année à éviter 17 tonnes de déchets électroniques en recyclant les terminaux mobiles de ses clients.

Notre objectif à partir de 2022 est de passer au palier supérieur et d’éviter 35 tonnes de déchets électroniques !

6️⃣ Des outils de gestion de flotte de mobiles au top de la banane

Avoir un bon outil pour gérer sa flotte de mobiles, c’est à la fois la base et la cerise sur le gâteau.

Un outil dédié à la gestion de flotte de mobiles vous permettra de gagner en efficacité et en sérénité au quotidien. Vous pourrez ainsi dégager du temps pour vos autres tâches.

C’est justement la vocation même de MobileHub : regrouper en une seule et même plateforme tout ce dont les gestionnaires de flottes ont besoin pour gérer simplement et facilement l’ensemble de leur flotte d’appareils mobiles (smartphones et tablettes).

Et parce que chez Betoobe on est engagés et responsables jusqu’au bout, notre plateforme est hébergée sur des data centers basés en France et développée par notre équipe basée en France.

Curieux.se de voir ce que ça peut donner concrètement ?

Comme de nombreuses fonctions de l’entreprise, les décideurs informatiques ont été particulièrement mis à l'épreuve ces dernières années. La crise sanitaire a fait évoluer le rôle des Directeurs des Systèmes d’Information (DSI) et leur positionnement au sein des entreprises.

La fonction informatique et digitale, en première ligne dès les premiers jours pour permettre aux collaborateurs de télétravailler, a souvent été à l’initiative d’une transformation accélérée du modèle commercial de l’entreprise : vendre davantage en ligne, proposer de venir retirer les articles en magasin en quelques heures etc.

Elle s’est ainsi illustrée comme un rouage essentiel de l’adaptabilité des organisations face à la conjoncture.

Une augmentation mondiale des dépenses en IT

Avec la crise sanitaire, les cartes des dépenses informatiques ont également été rebattues. Les dépenses européennes en matière de technologies de l'information ont connu une augmentation de près de 3% en 2021 par rapport à 2020, alors que la moyenne mondiale est de 2%.

Les entreprises ont notamment investi dans des technologies qui les aident à se rapprocher de leurs clients et qui contribuent à établir des relations et à dynamiser les expériences.

Quelle a été la répartition des dépenses des DSI en 2021 ?

L’accélération globale du commerce numérique

C’est ainsi que les entreprises ont pu constater comment des technologies comme le cloud ont permis à leurs organisations de fonctionner, de soutenir la croissance du commerce électronique et même de s'orienter vers de nouveaux secteurs d'activité.

Elles comprennent maintenant comment investir dans le numérique peut produire de grands résultats.

« Le rôle des technologies de l'information évolue pour devenir une partie essentielle de la proposition de valeur. Ce qui signifie que les DSI doivent modifier le modèle d'exploitation informatique pour qu'il soit davantage axé sur la valeur. Il ne suffit pas de répondre à une demande. Ils doivent être proactifs et engagés »

Tomas Nielsen, Gartner

Plutôt que d'être évalués sur la base de mesures informatiques ou même d'accords de niveau de service, ils seront évalués sur la base d'indicateurs de performance clés (KPI), comme l'augmentation des revenus et de la rentabilité. Ce changement subtil se produit en réalité depuis un certain temps, mais il s'est accéléré avec la crise sanitaire.

Tous les efforts que beaucoup de DSI ont déployés au cours des cinq dernières années sont maintenant accélérés .

Une gestion malgré tout différente selon la maturité informatique des entreprises

La crise sanitaire a cependant révélé une gestion malgré tout différente selon la maturité informatique des entreprises.

Dans le cas de la gestion des DSI de grandes entreprises françaises au cours des derniers mois, deux cas de figure différents se distinguent :

Les DSI les plus performants ont utilisé l'attention nouvellement accordée aux technologies de l'information pour promouvoir un changement encore plus poussé jusqu’en 2022.

Les entreprises ayant investi de longue date en matière d’IT ont pu tirer profit de la crise et, bien souvent, se démarquer des concurrents. Car il a été possible de piloter en quelques mois des projets qui auraient pu prendre des années en d’autres circonstances.

Pour les entreprises qui avaient jusqu’alors considéré les équipes informatiques comme une fonction support, la crise sanitaire a très souvent révélé la criticité des technologies pour leurs métiers. De nombreuses sociétés, après avoir paré aux principales urgences des premiers mois, ont développé (ou souhaitent développer) leurs investissements technologiques et ont recruté (ou souhaitent recruter) un nouveau profil de DSI afin de mener à bien cette importante transformation.

Le nouveau profil du DSI, apparu depuis quelques années et dont la crise sanitaire a accéléré l’émergence, n’est plus seulement un expert technique. C’est un visionnaire capable d’imaginer le futur de l’entreprise et en mesure d’anticiper la façon dont les technologies permettront aux différents métiers de mieux servir leurs clients demain.

Une accélération basée sur des choix de performance et un rôle central qui continue de s’affirmer

Toutes ces accélérations provoquées par la crise sanitaire ont notamment été basées sur des choix de performance qui définiront également leur suite. Elles sont aussi centrales dans l’établissement du rôle central des DSI, qui ne pourra que continuer de s’affirmer.

Les 4 choix de performance des DSI pour une accélération prolongée

1. Gagner autrement

83 % des dirigeants européens du secteur des technologies de l'information pensent que la demande d'interactions numériques augmentera l'année prochaine (2021). Les DSI devraient s'investir à fond dans le numérique, en utilisant toute une série de canaux pour atteindre de nouveaux clients et lancer de nouveaux produits plus rapidement.

2. Déclencher les multiplicateurs de force

3/4 des DSI ont approfondi leur connaissance des processus d'entreprise cette année. Les DSI intelligents utiliseront cette connaissance pour faire avancer le changement jusqu'en 2022.

3. Écarter les obstacles

Les DSI peuvent contribuer à accélérer la transformation numérique en recherchant et en éliminant systématiquement les obstacles, comme les fournisseurs tiers qui offrent de mauvaises performances.

4. Rediriger les ressources

Les DSI les plus importants vont limiter les dépenses des « anciennes » technologies de l'information.

L’année 2022 sera, pour les DSI, placée sous le signe de l’accélération et de la capitalisation sur les acquis.

À ce titre, le DSI doit jouer un rôle de transformateur, créateur de valeur, mais également de véritable bras droit pour les dirigeants, qui n’hésitent plus à les faire évoluer vers des postes à encore plus de responsabilités.

Si toutes ces tendances étaient déjà présentes depuis quelques années, la crise sanitaire a joué un rôle de révélateur de la maturité digitale et technologique des entreprises, en accélérant le changement.

Les entreprises les mieux préparées ont poursuivi leurs investissements pour consolider leur avance sur leurs concurrents. Celles qui avaient été plus parcimonieuses ont pour la plupart compris la place clef de la technologie pour le succès de leurs métiers.

Les entreprises ont ainsi pris conscience de la rentabilité à moyen et long terme d’entreprendre une transformation digitale profonde et structurante.

Des questions ? Un besoin ?

"Je dois prendre un MDM ou un MTD ?" ? 

On nous pose souvent cette question, et on répond toujours la même chose : LES DEUX ! ☝ 

Le MDM : la gestion technique de l’ensemble des appareils mobiles à partir d’une seule et même plateforme 

De son côté, le MDM permet la gestion technique de l’ensemble des appareils mobiles (smartphones, tablettes) à partir d’une seule et même plateforme. 

Le MDM, c’est l’outil privilégié pour :  

✔ Homogénéiser le paramétrage de la flotte, protéger les données de l'entreprise et optimiser le fonctionnement des appareils mobiles au sein de l’entreprise tout en protégeant le réseau de l’entreprise 

✔ Gérer les appareils à distance et de proscrire certaines actions par les utilisateurs. L'effacement des données à distance en cas de vol ou de perte de l'appareil est ainsi possible avec ce type de logiciel 

✔ Garantir la mise en conformité du RGPD afin de protéger vos appareils mobiles professionnels ainsi que vos données d'entreprise.  

Le MTD : la sécurité des connexions réseau et la légitimité du contenu en temps réel 

De son côté, le MTD assurer une sécurité accrue et permet de piloter l'usage des données du smartphone fait par les applications. 

Le MDM, c’est l’outil privilégié pour : 

✔ Protéger contre les attaques par "hameçonnage" (phishing) 

✔ Sécuriser les connexions réseau et la légitimité du contenu en temps réel  

✔ Identifier les anomalies pour garantir que toute activité malveillante soit bloquée de manière proactive sans nécessiter l’action de l’utilisateur 

MDM et MTD : le combo gagnant pour la sécurité de votre flotte de mobiles 

En somme, ces deux solutions utilisées ENSEMBLE permettent d'appliquer une politique de sécurité harmonisée sur l'ensemble des téléphones et d'effectuer un pilotage en temps réel de vos terminaux ? 

Ensemble, MDM et MTD vous permettent par exemple de : 

✔ Bloquer rapidement et à distance les accès à un terminal volé ou perdu 

✔ Chiffrer ou effacer des données confidentielles, pour le bien de votre entreprise et de vos collaborateurs 

✔ Sécuriser l'usage quotidien sans changer les habitudes des utilisateurs finaux 

✔ Piloter facilement et efficacement sa stratégie de sécurité sur l’ensemble des terminaux de votre flotte de mobiles.  

✔ Appliquer une politique de sécurité harmonisée sur l'ensemble des téléphones et d'effectuer un pilotage en temps réel de vos terminaux 

Il ne faut donc pas choisir entre MDM et MTD, mais bien utiliser les deux de façon complémentaire. Il est indispensable de compléter son MDM par un MTD pour piloter les usages professionnels des terminaux tout en laissant vos collaborateurs utiliser leurs mobiles pour des besoins personnels en toute sérénité. 

Une question, un besoin ? 

Chez Betoobe, on accompagne les gestionnaires de flottes de mobiles dans toutes leurs problématiques liées à la sécurité informatique.  

Si vous avez une question ou un besoin, contactez-nous ! On pourra bien sûr vous aider sur d’autres sujets comme la reprise et le recyclage, la gestion de flotte 360°, les outils et services essentiels pour simplifier votre quotidien et gagner en sérénité,… ? 

Suivez-nous sur LinkedIn pour encore plus de contenu utile ? 

Merci à toutes les entreprises, organisations et collectivités territoriales qui nous font confiance et nous accompagnent dans la révolution de la gestion de flotte.

Que s'est-il passé en 3 ans ? On vous raconte tout !

L'évolution de Betoobe depuis 2018 ?

⚡ Betoobe passera le cap des 35 000 terminaux mobiles gérés avec MobileHub en janvier 2022

⚡ MobileHub devient l'outil de pilotage de la cybersécurité mobile en entreprise ?

Le mot des fondateurs ✨

"Nous sommes fiers de voir l’énergie, la discipline et l’excellence de nos collaborateurs récompensées au quotidien par la confiance de nos clients. Betoobe poursuit sa croissance sereine en contribuant, à son niveau, au rôle de vecteur social qu’une entreprise doit jouer dans ses recrutements"

2021 : une année riche en nouvelles ?

Grosse nouvelle #1 : le Club des utilisateurs MobileHub est lancé

▶ Le concept ? Un lieu d’échange et d’entraide pour les gestionnaires de flottes de mobiles qui utilisent et utiliseront notre plateforme MobileHub

▶ Le format ? Un groupe LinkedIn et des webinaires réguliers

▶ Notre objectif ? Être encore plus proches du terrain et des besoins de nos clients pour co-construire notre plateforme avec eux et leur garantir qu'elle soit toujours 100% pertinente

Grosse nouvelle #2 : Betoobe est partenaire officiel de Google

Un pas de plus dans la certification Android Entreprise avec un partenariat qui nous officialise en tant que "device reseller". Prochaine étape, le partenariat "services" !

Grosse nouvelle #3 : Betoobe est certifié niveau expert par Hexnode en décembre 2021

Bravo à Julien Fournier, COO et co-fondateur de Betoobe pour ses nouvelles certifications qui nous permettent d’offrir un niveau de service toujours meilleur à nos clients !

2 nouvelles certifications au compteur :

On est bien entourés ?

Les collaborations phare de l'année 2021 ?

Avec un groupe bancaire international

Betoobe collabore avec la branche française de ce leader mondial pour la gestion de 15 000 terminaux sur MobileHub et un ensemble de services complémentaires.

Résultat ?

Amélioration de la satisfaction utilisateur

✅ Amélioration du pilotage, de la qualité de la donnée et du reporting

Avec ASSAD-HAD, association nationale d'aide à domicile

Betoobe collabore avec l'association ASSAD-HAD pour la gestion, grâce à notre plateforme MobileHub, de plus de 700 terminaux répartis sur 19 sites et différents départements

Résultat ?

Centralisation des données dans un seul outil pour une vision 360° du parc mobile

Délégation de la gestion de flotte mobile par site, avec garantie d'une visibilité globale

✅ Automatiser les tâches répétitives et chronophages

Avec les collectivités territoriales

Betoobe accompagne différentes agglomérations, départements et régions dans leurs problématiques de gestion de flottes de mobiles grâce à MobileHub et un ensemble de services complémentaires.  

Résultat ?

Amélioration de la satisfaction utilisateur

✅ Amélioration du pilotage, de la qualité de la donnée et du reporting

Toujours plus de contenus utiles sur le blog et sur les réseaux sociaux ?

Avec 2 à 4 articles par mois, faites le plein de bons conseils sur notre blog. Sécurité, RSE, téléphonie mobile d'entreprise, on fait le tour de tous les sujets liés à la gestion de flotte !

Et on publie aussi plusieurs fois par semaine sur LinkedIn :

On s’imagine souvent que IT, smartphones et tablettes riment forcément avec déchets électroniques et pertes d’argent ? On se demande souvent comment mettre sa flotte de mobiles au service de la démarche RSE de son entreprise. Et ça, quand on est DSI ou gestionnaire de flotte, on y pense à chaque renouvellement et chaque fin d’année en temps de clôture !

Encore trop souvent, les mobiles en fin de vie ou inutilisés restent au fond des tiroirs, et des appareils mobiles tout à fait réparables sont mis de côté et remplacés par des téléphones neufs payés au prix fort ou via un réengagement chez l’opérateur.

Mais en réalité, à chaque étape du cycle de vie d'un téléphone ou d’une tablette il est possible d’agir pour limiter son impact environnemental négatif. Souvent même en générant de la trésorerie.

Comme par exemple à la fin de l’année et/ou en fin de vie des appareils, grâce à la reprise et au recyclage, tout simplement !

♻ Réduire son impact environnemental négatif grâce au recyclage

Chaque année, 50 millions de tonnes de déchets numériques sont produits dans le monde, 8 millions de smartphones sont jetés, et 100 millions de vieux appareils mobiles dorment dans des fonds de tiroirs.

Laisser ses appareils mobiles dans des fonds d’armoire ou de tiroirs, c’est dépassé !

Faire recycler ses terminaux mobiles (smartphones ou tablettes) permet de limiter les déchets produits tout en réinjectant des ressources et des matières premières dans le cycle de fabrication de terminaux.

Le chiffre de Betoobe
En 2020, Betoobe a permis d’éviter 17 tonnes de déchets électroniques en recyclant les terminaux mobiles de ses clients !

C’est notamment grâce au recyclage des terminaux mobiles que l’on peut en produire de nouveaux, proposer du matériel reconditionné (aux particuliers comme aux entreprises), et donner une seconde vie à des terminaux qui seront remis sur le marché.

C’est un engagement environnemental non négligeable à l’échelle d’une entreprise et d’une flotte entière de mobiles, vous ne trouvez pas ?

? Générer rapidement de la trésorerie grâce à la valorisation

L’avantage du recyclage des terminaux mobiles n’est pas seulement environnemental. Le recyclage permet également de valoriser financièrement ses terminaux mobiles et d’en faire un vrai levier de génération de trésorerie.

✅ Recyclez vos mobiles inutilisés pour générer de la trésorerie supplémentaire (fin d’année, clôture,…)

✅ Recyclez vos mobiles actuels pour financer des nouveaux terminaux (renouvellements,…)

✅ Recyclez vos mobiles pour financer des projets de sécurité mobile (MDM, MTD,…) ou de modernisation de la gestion de votre flotte de mobiles (plateforme MobileHub)

Le saviez-vous ?
Chez Betoobe, certains de nos clients financent quasi intégralement leurs nouvelles flottes grâce à la valorisation que nous leur proposons ! ?

? Gardez toujours la sécurité à l’œil

Autre point important à soulever, car on ne le répètera jamais assez : il ne faut jamais oublier de prendre en compte la sécurité informatique dans la gestion d’une flotte de mobiles. Et cela vaut aussi pour le recyclage et la valorisation !

Un élément à prendre en compte en choisissant son partenaire de recyclage est qualité et la fiabilité de l’effacement des données qui est proposé.

L’engagement de Betoobe
Chez Betoobe nous procédons un effacement certifié ANSSI de chaque terminal avant sa remise sur le marché seconde main : un effacement de grade militaire qui garantit l’effacement complet des données de votre entreprise, de vos collaborateurs, et garantit l’impossibilité d’une récupération ultérieure.

En résumé, quels sont les avantages liés au recyclage et à la valorisation des appareils mobiles ?

Vous cherchez un partenaire de confiance pour recycler vos appareils mobiles ? Betoobe vous accompagne !

Chez Betoobe, nous accompagnons les gestionnaires de flotte dans leur engagement et les aidons à mettre leur flotte de mobiles au service de la démarche RSE de leur entreprise.

Nous travaillons exclusivement avec des partenaires français et locaux, pour un engagement réellement abouti.

Estimez rapidement la valorisation de vos terminaux mobiles à faire reprendre et recycler ?

Dans presque tous les secteurs d'activité, l'utilisation professionnelle d'un appareil mobile est monnaie courante (smartphone, ordinateur portable, tablette,…). En fait, il semblerait presque étrange de ne pas utiliser un appareil mobile pour le travail. 

Pour de nombreuses entreprises, cependant, les appareils mobiles sur le lieu de travail posent une question délicate : qui fournit l'appareil ? 

La tendance du BYOD (Bring Your Own Device) consiste à permettre aux collaborateurs d'apporter leurs appareils mobiles personnels au travail afin de les utiliser à des fins professionnelles. De la collecte de données sur le terrain (inspections, photos, etc.) au suivi de leur temps, tout peut y passer. 

Certaines entreprises ont adopté la tendance, en l’incorporant pleinement dans leur stratégie. 

Mais cette pratique pose depuis toujours des questions relatives à la sécurité de l'information et à la protection des données (de l’entreprise et des collaborateurs). Elle pose aussi des questions sociales et juridiques. 

Alors, BYOD ou pas BYOD pour votre entreprise ? On vous aide à répondre à cette question ! 

Sommaire 

  1. « BYOD », késako ? Retour sur les bases 
  2. BYOD ou pas BYOD ? Nos 3 raisons de fournir les terminaux à vos collaborateurs
  3. MobileHub : la plateforme connectée qui vous permet de gérer l’intégralité de votre flotte de mobiles de façon centralisée, BYOD ou pas BYOD ? 

« BYOD », késako ? Retour les bases ?

Avant de vous donner nos 3 raisons de fournir les terminaux mobiles à vos collaborateurs, on a pensé qu’un petit retour sur les bases serait pertinent. Quel sont les cas d’usage des téléphones (et autres terminaux) mobiles en entreprise ?  

1er cas d’usage : l’entreprise fournit au collaborateur un téléphone professionnel dédié uniquement à un usage professionnel (COBO)

Ici, c’est le cas le plus simple : l’entreprise fournit un téléphone qui est enrollé dans le MDM (logiciel de Mobile Device Management), et aucun usage personnel n’est autorisé. On appelle cela le « COBO », ou « Company Owned, Business Only ».  

L’appareil est sous l’entière responsabilité de l’entreprise, qui doit le remplacer ou le faire réparer en cas de panne, casse, vol, ou perte. L'entreprise peut en effacer l’intégralité des données en cas besoin (perte, vol, retour). 

Par exemple, les téléchargements d’applications via le Google Play Store sont bloqués, l’utilisation d’un compte Google Drive personnel est bloquée, etc. En somme, l’utilisateur n’a (pratiquement) aucun moyen d’utiliser son mobile professionnel à des fins personnelles. 

2ème cas d’usage : l’entreprise fournit au collaborateur un téléphone professionnel mais autorise un usage personnel de celui-ci (COPE)

Dans ce 2ème cas d’usage, l’entreprise fournit au collaborateur un téléphone professionnel mais autorise un usage personnel de celui-ci. Il s’agit du système appelé « COPE », ou « company owned, personally enabled », et représente environ 70% des cas. 

Dans cette configuration, le collaborateur a le droit, par exemple, d’utiliser le Google Play Store et de télécharger des applications, pour un usage personnel ou professionnel. L’entreprise peut cependant interdire et bloquer l’utilisation d’applications spécifiques. 

Ce cas est le plus courant et le plus confortable pour l’entreprise : l’appareil mobile reste la propriété et la responsabilité de l’entreprise, et celle-ci a donc le droit d’en effacer les données en cas de besoin (vol, perte, retour,…). L’usage personnel étant autorisé, il est de la responsabilité du collaborateur de sauvegarder ses données personnelles. 

Important à préciser : l’entreprise n’a aucun accès aux données personnelles de l’appareil. Elle a uniquement la possibilité de les faire effacer grâce à la solution MDM mise en place.  

Graphique COBO - COPE - BYOD

3ème cas d’usage : l’entreprise ne fournit pas le téléphone au collaborateur, qui utilise alors son appareil personnel pour ses usages professionnels (BYOD)

C’est dans ce 3ème cas qu’on entre vraiment dans le « BYOD », ou « Bring Your Own Device ». Et c’est ici que les choses se compliquent vraiment. 

La BYOD (Bring Your Own Device) consiste à permettre aux collaborateurs d'apporter leurs appareils mobiles personnels au travail afin de les utiliser à des fins professionnelles. De la collecte de données terrain (inspections, photos, notes,etc.), au suivi de leur temps, tout peut y passer. 

L’entreprise fournit une carte SIM professionnelle au collaborateur qui l’utilise dans son téléphone personnel. La carte SIM est enrollée dans le MDM de l’entreprise. L'entreprise peut alors créer une partition professionnelle sur l’appareil mobile personnel : c’est là que pourront être téléchargées les applications professionnelles par exemple. 

Ce qui signifie qu’ici, contrairement aux deux premiers cas, l’appareil est sous l’entière responsabilité du collaborateur. C’est le collaborateur qui est responsable de ses données et sauvegardes personnelles, ainsi que du remplacement ou de la réparation du téléphone en cas de besoin.  

Le MDM est dans ce cas-là utilisable uniquement sur la partie professionnelle. L’entreprise pourra effacer les données de la partie professionnelle (Outlook, Teams, par exemple), mais rien ne garantit que le collaborateur n’ait ouvert ses e-mails professionnels via un navigateur web au lieu de l’application dédiée et qu’il n’ait téléchargé de pièce jointe sur la partie personnelle du téléphone. 

Mais alors quelles sont nos recommandations ? BYOD ou pas BYOD pour votre entreprise ? 

BYOD ou pas BYOD ? Nos 3 raisons de fournir les terminaux mobiles à vos collaborateurs ?

Le BYOD a des avantages indéniables. Il apporte de la souplesse et une vraie économie du fait de ne pas devoir acheter d’appareil mobile pour tous les collaborateurs. Mais il pose d’autres problèmes, notamment juridiques, en matière de sécurité, ou encore en matière de gestion de flotte. 

Alors voici nos raisons de ne PAS faire appel au BYOD dans votre entreprise. 

1. Simplifiez-vous la gestion des terminaux mobiles et de votre flotte 

Julien, co-fondateur de Betoobe et ancien DSI, nous explique : « le BYOD amène une réelle souplesse à l’entreprise. Mais il apporte son lot de problèmes au gestionnaire de flotte  ». Il ajoute : « le BYOD, de manière théorique, c’est magique. Mais de manière théorique seulement  ». 

Par exemple, certains collaborateurs ne voudront pas utiliser l’application d’e-mails fournie par l’entreprise mais l’application « personnelle » qu’ils utilisent au quotidien, qu’ils connaissent mieux, et qu’ils préfèrent utiliser même pour un usage professionnel. 

Aussi, toutes les solutions ne sont pas compatibles avec tous les appareils ou tous les OS, ce qui apportera un autre lot d’exceptions et de problèmes potentiels. 

Le BYOD demande alors un gestionnaire de flotte et/ou une équipe de support disponible pour accompagner au quotidien les collaborateurs dans toutes ces « exceptions », ce qui devient très rapidement chronophage… et peu économique sur le long terme. 

2. Misez sur la sécurité, la vraie  

La sécurité informatique est un autre élément qui nous pousse à ne pas vous recommander le BYOD. Les utilisateurs séparent rarement vie professionnelle et vie personnelle sur leur smartphone, et c’est encore plus vrai en BYOD. Or les systèmes COBO et COPE permettent justement à l’entreprise de piloter intégralement la protection et l’effacement des données d’un appareil mobile.  

Et cela s’applique aux cas de vol ou de perte de l’appareil, mais aussi aux cas de départs de collaborateurs.  

Car quand un collaborateur quitte votre entreprise, que deviennent les données d’entreprise présentes sur son appareil personnel ? Qu’est-ce qui vous garantit que le collaborateur a effectivement effacé les données de l’entreprise à son départ, et qu’il l’a fait correctement ?  

Vous devriez être en mesure de garantir la sécurité des données de l’entreprise, même sur les mobiles, quelle que soit la situation. 

Pour l’analogie, imaginez : vous fournissez un ordinateur professionnel sur lequel votre collaborateur ne peut pas tout faire selon son gré. Pourquoi n’en feriez-vous pas de même avec les smartphones et les tablettes ?  

Par ailleurs, avec le télétravail vos collaborateurs ne sont probablement autorisés à travailler que depuis leur ordinateur professionnel et probablement autorisés à ne se connecter qu’à travers une connexion sécurisée (VPN). Pourquoi utiliseraient-ils leur smartphone ou tablette personnels en parallèle de leur ordinateur professionnel ?

3. Pensez au bien-être de vos collaborateurs et à l’impact de la crise sanitaire 

En 2020, le monde a connu d'importantes perturbations résultant de la pandémie. Cette dernière a accéléré la culture du travail à domicile et a, dans de nombreux cas, rendu nécessaire l'accès des employés aux applications professionnelles depuis leurs appareils personnels. 

Quelques chiffes pour remettre en contexte :

Cela signifie que certains employés utilisent leurs appareils personnels pour accéder aux réseaux et aux applications de l'entreprise, même si ces activités sont interdites. 

Aussi, selon la 12ème édition du baromètre santé et qualité de vie au travail de Malakoff Humanis, 64% des collaborateurs pensent leur entreprise prend leur bien-être en considération. Toujours selon le baromètre de Malakoff Humanis, les collaborateurs déclarent que leur travail empiète sur leur vie privée et signalent un débordement des tâches en dehors des heures de travail. 

Et nous l’avons vu ces dernières années avec la crise sanitaire, cette séparation et la déconnection sont encore plus importantes avec le télétravail et devenue une préoccupation centrale pour les collaborateurs. 

Certains collaborateurs questionnent par ailleurs la sécurité de leurs données personnelles en cas de BYOD.  

Alors pourquoi ne pas faire d’une pierre deux coups en fournissant à vos collaborateurs des appareils mobiles professionnels ?  

Vous garantirez ainsi la sécurité des données de l’entreprise et de vos collaborateurs, et garantirez à vos collaborateurs une réelle déconnexion entre vie privée et vie professionnelle. 

Tout autant de raisons de ne pas faire appel au BYOD, vous voyez donc. 

Mais on nuancera tout de même nos propos en précisant que le BYOD peut être malgré tout intéressant pour les entreprises qui ne travaillent pas avec des données classées confidentielles. Il faudra alors avoir une politique de BYOD bien définie et qui explicite les droits et devoir tant des collaborateurs que de l’entreprise. La mise en place de cette politique permettra également de définir à qui l’entreprise va autoriser le BYOD ou, au contraire, à quels collaborateurs elle devra fournir un appareil mobile. 

MobileHub : la plateforme connectée qui vous permet de gérer l’intégralité de votre flotte de mobiles de façon centralisée, BYOD ou pas ?

Bien évidemment, on ne peut pas vous recommander d’éviter à tout prix le BYOD et vous laisser en suspend pour gérer votre flotte de mobiles ? 

Car c’est exactement pour vous accompagner sur le sujet que l’on a créé MobileHub, une plateforme connectée qui simplifie le quotidien des gestionnaires de flotte. De la sécurité informatique jusqu’à la gestion des lignes et en passant par les mouvements et attributions, MobileHub c’est LE copilote des gestionnaires de flottes. 

Nous proposons également différents services en complément à notre plateforme. Vous pouvez par exemple, si vous le souhaitez, nous déléguer entièrement la gestion de votre flotte de mobiles. Nous pouvons aussi vous aider à mettre en place une solution de MDM ou MTD. Les opportunités sont multiples. 

En plus de cela, notre plateforme est entièrement hébergée en France avec des datacenters basés en France, et nous travaillons uniquement avec des partenaires français, voire vraiment locaux basés dans notre région.  

Présentation des fonctionnalités de la plateforme MobileHub

Le cycle de vie d’un terminal mobile, que ce soit un smartphone ou une tablette, s’étend de l’extraction des matières premières nécessaires à sa fabrication jusqu’à sa fin de vie.

Plusieurs étapes composent ce cycle, et la connaissance de chaque étape du cycle de vie des terminaux mobiles est essentielle pour tout gestionnaire de flotte.

Bien connaître chaque étape du cycle de vie des terminaux mobiles permet d’acquérir une vision globale des bases de la gestion de flotte de mobiles et d’aller plus loin dans ses actions. C’est également un point essentiel pour pouvoir mettre sa flotte de mobiles au cœur de la démarche RSE de son entreprise.

Alors, en quoi consiste concrètement le cycle de vie des terminaux mobiles ? Et comment optimiser chacune de ces étapes afin d’en limiter l’impact négatif ?

Voici ce que notre analyse et notre expérience nous ont appris ??

1. Quelles sont les étapes du cycle de vie des terminaux mobiles ?

Sans surprise, tout commence à la source – littéralement.

Comme pour tout objet transformé, l’extraction des matières premières (1) est la première étape de la production des appareils électroniques. Pensez entre autres aux différents métaux que contiennent les terminaux mobiles : des métaux parfois rares, présents notamment dans les batteries et les micro-processeurs de nos appareils.

Schéma du cycle de vie des terminaux mobiles, depuis l'extraction des matières premières jusqu'à la fin de vie.

Une fois toutes les matières premières et tous les matériaux, on passe à l’étape de l’assemblage et de la fabrication des terminaux (2). C’est ici que les matériaux prennent vie pour devenir les terminaux qui nous accompagnent dans les nôtres.

Maintenant que les terminaux sont prêts, on passe à l’étape de transport et de distribution (3). Cette étape peut être composée de plusieurs phases : la distribution vers les revendeurs, vers les particuliers, vers les entreprises, vers les collaborateurs, etc.

Et une fois les terminaux distribués aux utilisateurs finaux, on entre dans l’étape d’utilisation des terminaux mobiles (4). L’appareil mobile passe entre les mains de l’entreprise et/ou du collaborateur. Il est utilisé tous les jours et de façon plus ou moins intense, jusqu’à ce qu’il soit jeté ou recyclé, voire rangé dans une armoire ou perdu.

On entre alors dans la dernière étape du cycle de vie des terminaux, celle de leur fin de vie (5). Et comme on vient de vous le dire, la fin de la vie des terminaux mobiles peut se passer de plusieurs façons.

Les terminaux mobiles peuvent être :

Une fois toutes ces étapes en tête, on peut se pencher réellement sur la question de comment limiter son impact négatif, environnemental notamment, tout au long du cycle de vie des terminaux. Et c’est en répondant à cette question qu’on peut commencer à vraiment mettre sa flotte de mobiles au cœur de la démarche RSE de son entreprise.

Bonne nouvelle : on y répond tout de suite pour vous ! ?

2. Comment limiter l’impact négatif chaque étape du cycle de vie des terminaux et faire de sa flotte de mobiles un levier de RSE ?

Tout au long de son cycle de vie, de l’extraction des matières première jusqu'à sa fin de vie, un mobile a des impacts environnementaux, sociaux et sanitaires.

Les principaux impacts environnementaux des smartphones, tout au long de leur cycle de vie, sont :

La fabrication d’un smartphone ou d’une tablette (de l’extraction des minerais à l’assemblage final) est responsable d’environ trois quarts de ces impacts. Ceci est en grande partie imputables à l’écran et aux composants électroniques complexes (microprocesseurs, etc.).

La distribution et l’utilisation du terminal ont moins d’impacts. Ici, les impacts sont essentiellement liés à l’énergie consommée pour le transport et à la production d’électricité.

Et l’étape de la fin de vie a des impacts variables selon que l’appareil est recyclé ou non.

« Nous avons mis tout en œuvre pour augmenter la durée de vie des smartphones à travers une démarche de réduction de la consommation de ressources et d’énergie liée aux terminaux. Nous prenons l’engagement d’œuvrer pour la réduction de l’impact environnemental des activités numériques des entreprises. »

Julien Fournier, co-fondateur COO de Betoobe

Étape 1 : l'extraction des matières premières

Dès cette étape, les possibilités d’engagement sont multiples.

Tout d'abord, on peut privilégier l’approvisionnement responsable en matériaux, l’action en faveur du bien-être et de la juste rémunération des travailleurs, les minéraux provenant de zones sans conflit, etc.

Il s’agit ensuite de privilégier les matières recyclées et recyclables (par exemple le plastique pour les coques).

Enfin, faire recycler ses terminaux permet de nourrir perpétuellement le cycle.

Étape 2 : la fabrication

Une partie des engagements de cette étape se rapproche des engagements de l’étape précédente : privilégier les fabricants qui utilisent des matériaux recyclés et équitables et des minéraux sans conflit, qui rémunèrent dignement les ouvriers de leurs usines, etc.

Mais on peut également pousser les choses encore plus loin et faire appel, par exemple, à des fabricants qui utilisent des énergies vertes pour alimenter leurs usines, qui réduisent eux-mêmes leur production de déchets, et ainsi de suite.

En résumé, faire appel à des fabricants qui ont des engagements forts est une façon de vous-mêmes vous engager.

Étape 3 : Le transport et la distribution

La réduction de l’impact environnemental négatif du transport et de la distribution est un point aujourd’hui essentiel pour les entreprises.

Même si cette étape n’est pas celle qui a le plus d’impact négatif, on peut quand même s’engager de plusieurs façons :

Étape 4 : l'utilisation

Quand on pense « allonger la durée de vie d’un appareil », on pense souvent aux réparations et au recyclage. Il existe cependant bien d’autres opportunités et réflexes à avoir pour allonger le cycle de vie de vos mobiles et limiter son impact négatif.

La sécurité physique

Pour commencer, bien protéger ses appareils pour qu’ils résistent aux chutes, à l’eau et à une utilisation quotidienne intense permet de les garder « en forme » plus longtemps.

Pensez à équiper les mobiles de votre flotte de verres trempés et de coques de protection. Selon les métiers, pensez même à équiper à vos collaborateurs des téléphones renforcés et anti-chocs !

La sécurité informatique 

Ensuite, il existe également des actions de base et des réflexes à avoir pour sécuriser de façon efficace sa flotte de mobiles d’un point de vue informatique : utiliser des logiciels de Mobile Device Management (MDM) et de Mobile Threat Defense (MTD), réaliser des mises à jour régulières et sensibiliser ses collaborateurs à la sécurité informatique (phising, protection des données,…),…

Bon à savoir : le MTD est un complément indispensable au MDM afin de pouvoir piloter les usages professionnels des terminaux, tout en laissant vos collaborateurs utiliser leurs mobiles pour des besoins personnels en toute sérénité. Si vous n’utilisez aujourd’hui qu’un MDM, penchez-vous rapidement sur la question du MTD.

Le SAV et les réparations

La continuité de service est devenue un enjeu majeur pour les entreprises ces dernières années, notamment avec la montée du télétravail.  

Faire réparer ses terminaux mobiles au cours de leur utilisation est désormais nécessaire pour assurer cette continuité tout en l’inscrivant au cœur de sa démarche RSE. Car faire réparer ses téléphones et tablettes, c’est à la fois allonger leur durée de vie et ne pas jeter l’argent par les fenêtres.

Les renouvellements

C’est facile : tant que l’appareil fonctionne correctement, gardez-le dans votre flotte et utilisez-le ! À défaut, faites-le reprendre par un prestataire de confiance qui pourra le reconditionner et le remettre sur le marché ou faire recycler ses matériaux.

Étape 5 : la fin de vie ou le recyclage et la valorisation

Laisser ses appareils mobiles dans des fonds d’armoire ou de tiroirs, c’est dépassé.

Eh oui, car faire recycler ses terminaux mobiles, que ce soit vos smartphones ou vos tablettes, permet de limiter les déchets produits et de réinjecter des ressources et des matières premières dans le cycle de fabrication des terminaux. 

C’est grâce au recyclage des terminaux mobiles que l’on peut en produire de nouveaux, proposer du matériel reconditionné aux particuliers comme aux entreprises, et donner une seconde vie à des terminaux qui sont remis sur le marché. 

Et ça, c’est un engagement environnemental non négligeable à l’échelle d’une entreprise et d’une flotte de mobiles entière, vous ne trouvez pas ?

Du côté financier, le recyclage des terminaux mobiles a aussi du bon. Saviez-vous que le recyclage permet également de valoriser financièrement vos terminaux mobiles, et d’en faire ainsi un vrai levier de génération de trésorerie  ?

Et voilà, vous savez tout !

Alors, on est conscients que tout cela peut paraitre beaucoup et lourd à mettre en place. Mais en réalité, c’est un peu comme pour tout : si on s’équipe des bons outils et qu’on s’entoure des bons partenaires, tout devient plus facile et plus fluide. Bonne nouvelle : on a créé cet outil pour vous ?

Un bon outil de gestion de flotte vous aidera à garder en vue ces étapes et ces engagements tout en facilitant votre quotidien : découvrez MobileHub

La vocation-même de MobileHub est de regrouper en une seule et même plateforme tout ce dont les gestionnaires de flottes ont besoin pour gérer simplement et facilement l’ensemble de leur flotte d’appareils mobiles (smartphones et tablettes). Et cela passe aussi par la gestion de la sécurité, du SAV et des réparations, et d’autres encore.

Détail des fonctionnalités MobileHub : déploiements, SAV et réparations, reprise et recyclage, protection des données, affectations, lignes, terminaux, utilisateurs, reporting.

Le saviez-vous ? Betoobe s’engage aussi !

Notre plateforme MobileHub est hébergée sur des data centers basés en France et développé par notre équipe basée en France.

Nous travaillons avec des partenaires français et locaux en matière de recyclage des appareils mobiles (leurs bureaux sont à quelques kilomètres des nôtres seulement).

« Notre démarche RSE s’intègre dans notre volonté de participer activement à un numérique sobre et à une utilisation écologique pour un développement durable. Nos engagements sont de limiter l’impact environnemental de notre prestation et de donner à nos parties prenantes toutes les informations nécessaires pour y arriver. »

Sébastien Reverdy, co-fondateur et CEO de Betoobe

Vous avez des questions ? Un besoin ?

© Copyright betoobe - 2022
+33 9 72 19 09 70 |
hello@betoobe.fr
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram